L'hypnose pour quelle douleur?

Enfant en consultation
A priori, tous les types de douleurs, aiguës ou chroniques, peuvent être soulagés grâce à l’hypnose. A condition toutefois que le sujet ait le désir de tenter l’expérience. L’efficacité dépend ensuite de l’habileté de l’hypnothérapeute et de la relation qu’il établit avec son patient.

Quelques exemples de douleurs dans lesquels l’hypnose a fait ses preuves

Pendant les soins

L’hypnose est fréquemment pratiquée pour accompagner des soins hospitaliers douloureux ou angoissants, comme certaines piqûres, des ponctions de moelle ou des changements de pansements, en particulier chez les grands brûlés.

Au bloc opératoire

L’hypnose occupe une place grandissante en chirurgie. Avant l’intervention, elle permet de diminuer l’anxiété. Pendant l’opération, elle peut utilisée en complément d’une anesthésie locale et permet alors au patient, qui reste en éveil, de s’impliquer davantage dans son traitement. Enfin, après l’acte chirurgical, elle soulage les douleurs post-opératoires, diminue leurs effets secondaires (nausées, vomissements) et permet ainsi au patient de récupérer plus vite.

En orthopédie

Les douleurs chroniques de l’appareil locomoteur comme la lombalgie (mal de dos), les sciatiques ou les maux aux genoux après une opération peuvent être soulagés par l’hypnose.

En cancérologie

L’hypnose est un bon complément aux analgésiques courants et à la psychothérapie pour soulager les douleurs des patients cancéreux, car elle les aide à supporter certains traitements lourds. Elle permet aussi de diminuer les effets secondaires des chimiothérapies (nausées et vomissements).

Les douleurs des enfants

L’hypnose fait appel à l’imaginaire, un exercice particulièrement accessible aux enfants qui y répondent bien, à condition que le thérapeute parvienne à établir de bonnes relations avec eux et à aller les rejoindre dans leur monde.